Page:Gavarni - Grandville - Le Diable à Paris, tome 4.djvu/141

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les formules
DU DOCTEUR GRÉGOIRE[1].

Actionnaires. — Des badauds qui regardent couler leur argent.

Père adoptif. — Un homme qui veut être bien sûr qu’il n’est pas le père de son enfant.

Arroser. — Substituer de la boue à de la poussière.

Bachelier. — Un jeune homme qui va pouvoir enfin commencer son éducation.

Banquet funéraire. — Un repas où le défunt aurait bien tort de revenir au dessert.

Cocotte. — Une poule qui a des dents.

Maison de confection. — Un bazar où les habits tâchent de trouver des hommes à leur taille.

Critique (la). — L’art de passer pour un homme de goût à force de faire le dégoûté.

Culotte. — Vêtement que mettent les hommes et que portent les femmes à Paris.

Démenti. — Un soufflet en petite tenue.

Député. — Un législateur qui s’est engagé d’avance à trouver que le pouvoir aura toujours tort ou toujours raison.

Douanier. — Un observateur qui va au fond des choses.

Échafaud. — Sommet vertigineux où l’on finit toujours par perdre la tête.

Ennui. — La maladie des gens qui n’ont pas de chagrin.

Enquête. — Un bain qui lave parfois un coupable, mais qui salit toujours un innocent.

Étoile. — Une actrice qui commence a filer.

  1. Les Formules du Dr Grégoire, par M. Adrien de Courcelles, publiées complètes en un joli volume à 2 francs, sont à coup sûr l’œuvre la plus parisienne de ce temps-ci. Nous empruntons une quarantaine seulement de ces formules au spirituel et très-sagace docteur ; mais c’est tout le livre que devraient connaître les lecteurs du Diable à Paris, car il est l’essence même et la quintessence de l’esprit de Paris en 1868.
    P.-J. Stahl.