Page:Gavarni - Grandville - Le Diable à Paris, tome 4.djvu/139

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cravate blanche, et la calvitie, bien entendu, il arrive à être un homme considérable ; c’est alors qu’il se donne le plaisir de prononcer quelques discours sur la tombe de ses amis ; dernièrement on enterrait Lefébure, un de ses pairs ; Monsieur Prudhomme, qui tient à la vie, s’est écrié d’un ton pathétique :

« Puisqu’il nous est défendu de te suivre, ô Lefébure, adieu, nous nous reverrons dans un monde meilleur. »

Et il est allé déjeuner, en arrosant ses mets d’un vin généreux, toutefois sans excès ; car, dit-il, je ne suis pas partisan des libations trop copieuses ; mais je vais sur mes cinquante-six ans, et, nul n’en ignore, Bacchus est le lait des personnes d’âge.

III

Monsieur Prudhomme est passé maintenant dans les intermédiaires reçus, dans les éléments de classification, dans les termes de comparaison. On sait à qui renvoyer telle sensation, tel jugement, telle manière d’être. Le cervelet de Prudhomme est devenu le foyer sacré d’une famille d’idées ; pour ces types d’une capacité inouïe, le plagiat, en effet, n’est pas à craindre ; à leur insu, les contrefaçons ajouteraient à l’œuvre ; depuis le Prudhomme primordial, il en a été créé cent autres, beaucoup plus complets et qui rentrent tous dans le premier. Ce que le crayon, la plume, la causerie, ont fait pour populariser et diversifier ce type, serait incalculable. Pour notre part, c’est à nous qu’a été dit, et c’est nous qui avons répandu ce mot fameux : Napoléon 1er était un ambitieux : s’il avait voulu rester simple officier d’artillerie, il se serait marié, il aurait eu des enfants, il vivrait peut-être encore tranquille. Prudhomme a naturellement porté à son avoir cette inspiration de sa judiciaire, et malgré les continuateurs, quoique l’idée première du type ait été bien remaniée, Henri Monnier n’en reste pas moins le glorieux créateur de l’immortel Monsieur Prudhomme.

Voici les armes parlantes que nous proposons pour l’auguste élève de Brard et de Saint-Omer : Une Lutécienne à voiles sombrant dans un cratère, avec cette devise dont le texte étourdissant est emprunté à son répertoire des fêtes carillonnées : Le char de l’État navigue sur un volcan !

xavier aubryet.