Page:Gavarni - Grandville - Le Diable à Paris, tome 4.djvu/136

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aisément. C’est lui qui dit de feu Fiévée : C’était un maître homme ; et de feu Laharpe : On ne fait pas mieux aujourd’hui. En religion, lorsqu’il est entre quatre yeux, il vous dira en clignant de l’œil, et parlant des gens qui communient, qu’il ne prise pas beaucoup ces mangeurs de pains à cacheter. C’est encore lui qui vous riposte quand vous vous plaignez du froid : Si vous étiez en Sibérie, qu’est-ce que vous feriez ? N’avez-vous que vingt-cinq ans, et êtes-vous fatigué d’avoir monté sept étages, il vous dit ironiquement : Un jeune homme ! Ses idées sur le mariage consterneraient George Sand : « Après tout, décrète-t-il, une femme est une femme, la beauté est un don éphémère » » Quant à l’esprit, il ne sert qu’à faire des sottises ; aussi épouse-t-il une femme qui est à la fois un zéro et un épouvantail. Quant à l’amour, il hausse les épaules en en parlant, et il ajoute : J’aime mieux qu’un jeune homme aille voir les filles que d’avoir une maîtresse ; au moins il ne se ruinera pas. Des romans de Balzac, il prétend qu’ils farcissent l’imagination. D’un homme qui, en dehors du mariage, aura aimé dix ans la même femme, il dira qu’il s’adonne à la débauche. Ses enfants construisent un château de cartes : le château fond ; il leur dit en levant les yeux au ciel : Voilà l’image de la vie ! Il répand partout que sa dame ne lit pas, et un compère lui réplique Vous êtes bien heureux ! C’est lui enfin qui, en wagon, lorsqu’on lui demande si la fumée ne l’incommode pas, répond magistralement : « Non, monsieur, elle me rappelle la gloire ! »

Peintre, il choisit volontiers de ces sujets de tableau : Un Monsieur avec un chapeau de femme, et Une Dame avec un chapeau d’homme. Poète tragique, il aligne des alexandrins dans ce goût :

Loin de ces lieux, Hystaspe, il faut porter tes pas.
Que l’aurore, demain, ne t’y retrouve pas !

Auteur comique, il cède ainsi à sa verve :

« Tiens ! tiens ! c’est Dolinval, le meilleur des notaires !
— Oui, je viens vous parler d’importantes affaires.
— Tout à vous ; comment va votre dame ? — Assez bien.
— Et Paul ? — Il tousse un peu. — Cela ne sera rien. »

Fabuliste, il se plaît aux ouvrages en deux volumes, divisés ainsi : Livre premier, chapitre premier, fable première. — D’autres ont fait