Page:Gavarni - Grandville - Le Diable à Paris, tome 4.djvu/135

Cette page a été validée par deux contributeurs.


a fini par y rester : vengeance risible ! le créateur remanié par sa création ; le bourreau qui devient sa victime ; l’homme chassé de lui-même par son propre type !

II

Monsieur Prudhomme est donc l’étiquette d’un ordre de faits et d’idées plus saillant dans la basse classe, plus circonspect dans la classe moyenne, presque effacé dans la haute classe. C’est en effet à la petite bourgeoisie que commence et à la grande bourgeoisie que finit ce type laborieux ; nous avons dit pourquoi ni le peuple ni l’aristocratie ne comprennent guère de Prudhommes. — Maintenant que nous avons essayé de définir Monsieur Prudhomme, tâchons de le faire agir et parler.

Pour ne pas prendre un milieu trop criard, c’est lui qui, à propos d’un amiral mort dans son lit, s’écrie, avec le soupir rassis des gens qui philosophent :

« Voyez ce vaillant capitaine ; pendant vingt ans il a affronté le courroux des éléments déchaînés et l’horreur des batailles, et il vient de décéder comme un simple particulier ! Ce que c’est que de nous !… »

C’est encore lui qui laisse entendre que la cathédrale de son choix serait celle qui réunirait : la nef d’Amiens, le portail de Reims, le chœur de Beauvais et la flèche de Strasbourg. En attendant, il cite avec orgueil l’architecture de Saint-Sulpice. En parlant des artistes, il ne dit plus : Ce sont des meurt-faim, mais il déclare poliment que jamais sa fille n’épousera un artiste. C’est lui qui a inventé ces grâces du langage : appeler le cocher : un Automédon, et les chasseurs : des Nemrod. Il confond, avec la frivolité de l’homme sérieux, tous les rangs de l’art contemporain : il y a des talents supérieurs dont il ne saura jamais le nom ; mais ces expressions voltigent toujours sur ses lèvres avec un sourire admiratif : le pinceau de Zeuxis, — le ciseau de Praxitèle. Il payerait bien cher un Apelles ! Quant à la poésie, qu’il prononce pouahsie, quand il vous a révélé que c’est de la viande creuse, il ajoute : « Eh mon Dieu ! des vers ! qui n’en a pas fait !… Moi aussi, dans mon temps, je versifiais très-joliment !… » Expliquez maintenant pourquoi il a un baromètre en forme de lyre ? D’un autre côté, aperçoit-il un poëte qui déjeune à la fourchette, il lui dit avec un sourire de dédain : « Savez-vous que ce que vous faites là n’est pas très-poétique ! » Il aime les petits motifs coulants, auxquels on peut hocher la tête, et qui se retiennent