Page:Gavarni - Grandville - Le Diable à Paris, tome 4.djvu/111

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Elle sourit de son angélique sourire, et lui montra sa devise :

Ce qu’on veut, on le peut.

« C’est bien, lui dit-il avec passion ; et si j’avais ce talisman qui porte ce prétexte de courage, je voudrais tout ce qui est possible.

— Ce n’est pas bien, ce que vous me demandez, lui dit Lise en souriant ; car si je vous le donnais, il faudrait dire à maman que je l’ai perdu, il faudrait mentir. »

C’était à la fois le donner et le refuser. Léonce ne sut que répondre ; elle était si simple que toute la science du cœur d’une femme lui manquait près de cette enfant.

Cependant leur pas s’était tellement ralenti qu’ils furent rejoints par M. et Mme Laloine qui dit à sa fille :

« À la bonne heure, Lise, tu vas bien sagement avec M. de Sterny. »

À ce moment, et comme on parlait de se reposer un moment, voilà un grand fracas qui se fait entendre dans la forêt, et presque au même instant une masse de cavaliers et d’amazones débouchent d’une allée latérale ; c’était le fameux pari des trotteurs partis de Marly et arrivés jusque-là. Presque tous parurent comme la foudre ; mais Lingart et sa lionne, qui ne suivaient que de loin, eurent le temps de reconnaître Sterny. Tous deux furent si stupéfaits, qu’ils arrêtèrent leurs chevaux et s’entreregardèrent comme s’ils ne pouvaient le croire : Sterny sur un cerisier[1] Sterny en compagnie d’une grosse dame à âne, car Mme Gurauflot était près d’eux. Ils étaient si confondus, qu’ils n’en revenaient pas encore. Sterny vit leur surprise et pâlit a la fois de colère et de honte. Mais comme, dans leur stupéfaction, Lingart ni sa lionne ne continuaient leur chemin, il s’avançait vers eux bien décidé à couper le visage à Lingart, quand celui-ci lui dit :

« C’est bien vous, pardon, je ne vous reconnaissais pas… Vous avez gagné vos cent louis, Algibech a gagné contre Montereau… Nous vous avons attendu… vous ne viendrez pas au dîner sans doute… mille bonjours. »

Et il piqua son cheval et s’éloigna, tandis que sa lionne, un lorgnon appliqué sur l’œil, examinait Lise de loin, comme un marchand fait d’un tableau. Elle mit tant d’action à cette impertinence qu’elle ne vit pas Lingart partir, et resta quelques secondes après lui.

  1. Nom qu’on donne à ces petits chevaux de louage, parce qu’ils portent ordinairement les cerises de Montmorency aux marchés de Paris.