Page:Gautier - Les Cruautés de l'Amour, E. Dentu, 1879.djvu/52

Cette page a été validée par deux contributeurs.



IV


Dans le village on ne parlait que de la nièce d’Ivan Ivanovitch et de son arrivée soudaine. Les commentaires, les conjectures se succédaient à l’infini. Chacun se posait mille questions pour lesquelles on n’avait aucune réponse. Pourquoi Ivan n’avait-il jamais parlé de cette nièce ? Pourquoi était-elle arrivée la nuit et sans être attendue ? Pourquoi était-elle si blanche ?… À toutes ces questions, on s’entre-répondait invariablement : Oui, pourquoi ?

Le dimanche était impatiemment attendu. On la verrait au moins à la sortie de l’église, cette mystérieuse personne ; on pourrait lui parler et apprendre quelque chose.

Le dimanche vint et la petite église aux cinq clochetons couverts de givre s’emplit de tous les