Page:Gautier - Les Cruautés de l'Amour, E. Dentu, 1879.djvu/43

Cette page a été validée par deux contributeurs.
31
les cruautés de l’amour

aux cheveux couleur de chanvre, arrivait juste à la hauteur de la table. Il tenait un de ses doigts dans sa bouche, selon son habitude. Tout à coup, il retira ce doigt et le posa résolûment sur la petite couronne de comtesse qui ornait la feuille blanche sur laquelle Clélia se préparait à écrire.

— C’est une bête, ça ? dit-il en levant ses grands yeux bleus sur la jeune fille.

Macha fit la grosse voix et fronça les sourcils. Clélia abandonna en riant la feuille tachée à l’enfant, en prit une autre et se mit à écrire avec rapidité.

Son écriture était si fine, si peu accentuée, qu’André, de sa place, ne voyait sur le papier que des lignes presque droites et croyait que la jeune fille s’amusait à rayer le papier. Lorsque la double lettre fut terminée, elle la cacheta et mit l’adresse.

— Voilà ! dit-elle ; Androwcha, tu la mettras à la poste.

André prit la lettre et regarda un instant l’adresse.

— Barynia, dit-il après un moment d’hésitation, cette écriture est bien trop mignonne pour que nos employés de village puissent la déchiffrer, pour moi je lis ou plutôt je devine : Monsieur, mais je ne puis aller plus loin. De plus on, verra tout de suite que ce n’est pas un moujik qui a tracé ces lettres