Page:Gautier - Les Cruautés de l'Amour, E. Dentu, 1879.djvu/138

Cette page a été validée par deux contributeurs.



XII


Les visites abondaient au château depuis le retour de la jeune comtesse, mais elle se faisait toujours excuser et ne recevait pas. Un jour cependant elle changea d’avis et fit annoncer à ses connaissances que son salon serait ouvert tous les soirs comme par le passé.

Une foule de soupirants s’empressa à ces réceptions ; Clélia fut accablée de bouquets, de déclarations, d’œillades brûlantes. Elle les supportait patiemment et semblait les faire servir à un projet connu d’elle seule.

Un soir André, qui avait repris des forces, put descendre au salon. Lorsqu’il entra une certaine émotion agita les visiteurs. Le bruit soufflé par Prascovia à l’oreille du gouverneur s’était promp-