Page:Gagnon - Le fort et le château Saint-Louis (Québec), 1908.djvu/87

Cette page a été validée par deux contributeurs.
87
domination française

sur un terrain maintenant occupé par la place Jacques-Cartier, un vaste château qui servit souvent de résidence aux gouverneurs généraux ses successeurs, sous le régime français, et fut occupé subséquemment par le premier collège de Montréal, du 1er octobre 1773 au 6 juin 1803, date de sa destruction par un incendie.

Le marquis Philippe Rigaud de Vaudreuil, « le bien-aimé du peuple, » expira au château Saint-Louis, le 10 octobre 1725, à l’âge de quatre-vingt-quatre ans. Sa femme — Louise-Élisabeth de Joybert — fut le soutien et le conseil de sa vieillesse. Séparée de lui pendant de longues années, qu’elle passa en France, elle n’oublia jamais ni sa famille, ni sa patrie, et porta toujours dignement le nom de cet homme illustre.

Les cendres du marquis de Vaudreuil — nous l’avons déjà dit — furent déposées dans l’église des Récollets, voisine du château, et reposent maintenant dans la basilique Notre-Dame de Québec.


Gagnon - Le fort et le château Saint-Louis (Québec), 1908.djvu