Page:Gagnon - Le fort et le château Saint-Louis (Québec), 1908.djvu/28

Cette page a été validée par deux contributeurs.
28
le fort et le château saint-louis

Le chevalier Charles-Augustin de Mésy venait d’expirer au château Saint-Louis, le 7 mai 1665, et avait ordonné que l’on fît son inhumation dans le cimetière des pauvres de l’Hôtel-Dieu. Son successeur dans le gouvernement du Canada était déjà nommé et avait été choisi quelques mois auparavant. Louis xiv, qui avait résolu de faire grand dans la nouvelle comme dans l’ancienne France, avait voulu donner à la colonie les moyens de réduire les Iroquois, puis de s’organiser politiquement et de créer des industries nationales pour l’exploitation des ressources du pays. Dès 1663 il avait établi le Conseil souverain et doté ainsi la colonie d’une organisation judiciaire régulière. Il envoya à Québec trois hommes qui occupent une grande place dans notre histoire : Alexandre de Prouville, chevalier de Tracy, lieutenant-général du roi de France dans les deux Amériques, Daniel de Rémy de Courcelles, gouverneur-général, et Jean Talon, « intendant de justice, police et finances, » que l’on a surnommé le Colbert du Canada.

M. de Tracy arriva à Québec le 30 juin 1665. Il voulut être reçu sans aucune pompe, mais son extérieur noble et sympathique et son grand air de bonté excitèrent un enthousiasme spontané qui gagna tout le peuple et se traduisit par de vives acclamations. Le vice-roi, ainsi qu’on le nommait ordinairement, se dirigea tout d’abord vers l’église paroissiale, où l’attendaient Monseigneur de Montmorency-Laval et tout le clergé de Québec. En avant marchaient vingt-quatre gardes et six pages d’honneur en costume de cour ; venaient ensuite le lieutenant-général, accompagné de son conseiller et secrétaire intime le chevalier de Chaumont, et entouré d’officiers aux brillants uniformes galonnés d’or ; en arrière étaient six laquais