Page:Gagnon - Le fort et le château Saint-Louis (Québec), 1908.djvu/25

Cette page a été validée par deux contributeurs.
25
domination française

sonniers entre de bons murs, fermés de portes de fer, ayant appris que leur nation avait rompu la paix, et croyant qu’on ne manquerait pas de les brûler tout vifs, ont forcé cette nuit leur prison et sauté les murailles du Fort. La sentinelle, les voyant, a fait le signal pour avertir, et aussitôt l’on a couru après eux ; je ne sais pas encore si on les a pris, car ces gens-là courent comme cerfs. »


Gagnon - Le fort et le château Saint-Louis (Québec), 1908.djvu