Page:Gagnon - Le fort et le château Saint-Louis (Québec), 1908.djvu/224

Cette page a été validée par deux contributeurs.
224
le fort et le château saint-louis

de date comparativement récente, fut aussi démoli en 1854.

De 1837 à 1851, le Vieux Château et l’ancien magasin des poudres furent occupés par des bureaux de la corporation de Québec, par le studio d’un artiste-peintre (M. Antoine Plamondon) et par une salle d’archives.

De 1852 à 1855, ils furent laissés à l’usage des ministères ou départements publics. La capitale du Canada-Uni venait d’être transportée de Toronto à Québec : le département des Terres de la Couronne fut installé au rez-de-chaussée, et le département des Travaux publics à l’étage supérieur du Vieux Château ; le département du Régistraire provincial fut placé dans l’ancien magasin des poudres, dont on avait percé le plafond pour y pratiquer un puits de lumière.

La capitale fut transférée de nouveau à Toronto en 1856.

Lors de l’établissement de l’école normale Laval, en 1857, les classes de la nouvelle institution furent installées au château Haldimand, et l’ancien magasin des poudres, — dont on ignorait absolument l’histoire et la destination première, — fut converti en cuisine !

De 1860 à 1865, l’école normale fut tenue rue Dauphine, à la résidence actuelle des RR. PP. Jésuites. Elle avait dû céder la place aux départements publics, revenus de Toronto ; mais elle occupa de nouveau le Vieux Château et ses dépendances en 1866 et jusqu’au printemps de de 1892, alors que tout ce qui restait des bâtiments de l’ancien fort Saint-Louis fut cédé à la compagnie de l’hôtel Château Frontenac, pour être rasé.

Les murs du château Haldimand croulèrent sous les yeux des Québecquois sans provoquer d’émotion trop vive.