Page:Gagnon - Le fort et le château Saint-Louis (Québec), 1908.djvu/223

Cette page a été validée par deux contributeurs.
223
domination anglaise

Le Courrier du Canada du 14 mai contenait un article élaboré sur le « banquet des instituteurs et l’organisation dos écoles normales » signé « Hector L. Langevin » [1].

Au mois de juillet 1867, M. Chauveau eut avec M. Dunkin une conférence dont le résultat fut la formation du premier cabinet provincial de Québec, sous le régime de la confédération canadienne (15 juillet 1867). Cette conférence eut lieu dans l’aile du Vieux Château qui donnait sur la rue des Carrières.

Revenons un peu sur nos pas.

Une partie de l’ancienne muraille du fort (côté nord, en face de la cour du bureau de poste) fut détruite par l’incendie du 12 juin 1846 ; ce qui restait des vieux murs, au sud, fut démoli en 1854 et remplacé par un mur en ligne droite courant de l’extrémité sud-est de la nouvelle plate-forme [2] à la rue des Carrières. Le corps de garde,

  1. L’auteur de cet article (Sir Hector Langevin) fut l’un des hommes politiques qui prirent part à la célèbre « conférence de Québec », inaugurée le 10 octobre 1864, dans laquelle fut élaboré le projet d’union de toutes les provinces anglaises de l’Amérique du Nord. Voici les noms de ces personnages, que l’on a appelés « les pères de la confédération canadienne : »

    Sir Étienne-Paschal Taché, John-A. Macdonald, George-Étienne Cartier, George Brown, A.-T. Galt, J.-C. Chapais, Hector-L. Langevin, T. d’Arcey McGee, A. Campbell, O. Mowat, Wm McDougal, Peter Mitchell et James Cockburn, représentants du Haut et du Bas-Canada (aujourd’hui Ontario et Québec) ;

    Charles Tupper, W.-A. Henry, J. McCully, A. Archibald et R.-B. Dickey, représentants de la Nouvelle-Écosse ;

    S.-Leonard Tilley, P. Mitchell, Charles Fisher, W.-H. Steve, J.-H. Gray, E.-B. Chandler et J.-M. Johnston, représentants du Nouveau-Brunswick ;

    George Coles, T.-H. Havilland, Ed. Palmer, le colonel Grey, A.-A. McDonald, Ed. Whalen et W.-H. Pope, représentants de l’Île-du-Prince-Edouard ;

    Ambrose Shea et B.-T. Carter, représentants de l’île de Terreneuve.

  2. Construite cette même année 1854 par les ordres de l’honorable {{M.|Jean Chabot}, ministre des Travaux publics, ainsi qu’il a été dit plus haut.