Page:Gagnon - Le fort et le château Saint-Louis (Québec), 1908.djvu/199

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Gagnon - Le fort et le château Saint-Louis (Québec), 1908.djvu

XV


Un odieux personnage. — Dialogue historique. — La guerre de 1812. — Le fort Saint-Louis en 1815. — Les restes du duc de Richmond. — L’incendie du château Saint-Louis (23 janvier 1834). — La terrasse Durham. — Événements politiques. — Destruction.



Parmi les personnages qui fréquentèrent le château Haldimand pendant le séjour qu’y firent les gouverneurs, il faut citer le notoire Herman-Witrius Ryland, secrétaire intime de Lord Dorchester et de ses quatre successeurs, puis membre du Conseil Législatif et secrétaire du Conseil Exécutif. Il écrivait, le 23 décembre 1804, les lignes suivantes qui font voir tout ce qu’il y avait de fanatisme et de fiel au fond de son cœur : We have been mad enough to allow a company of French rascals to deprive us for the moment of the means of accomplishing all this (la domination de l’anglicanisme dans le Bas-Canada) ; but one prudent decisive step might rectify this absurdity. Il fit l’impossible pour empêcher M. Dunn, administrateur de la colonie, de reconnaître Mgr Plessis comme évêque de Québec et d’accepter son serment de fidélité au roi d’Angleterre. Il écrivit à ce sujet : « Je méprise et je hais la religion catholique, parce qu’elle