Page:Gagnon - Le fort et le château Saint-Louis (Québec), 1908.djvu/143

Cette page a été validée par deux contributeurs.
143
la guerre de sept ans

L’ancien gouverneur se trouvait encore à Paris en 1765, comme on peut le voir par la pièce suivante :


Copie du certificat donné à Madame la baronne de Longueuil par M. le Marquis de Vaudreuil, etc., etc.


« Pierre Rigaud, marquis de Vaudreuil, Grand’Croix de l’Ordre Royal et militaire de Saint-Louis, ancien gouverneur, lieutenant-général pour le Roy et toute la Nouvelle-France, terres et pays de la Louisiane.

« Ayant jugé, de concert avec M. le marquis de Levis, dans l’hiver de 1759 et 1760, que l’Isle Ste-Hélène, située en face de la ville de Montréal, pourrait, par sa position, servir utilement à deffendre les approches de cette ville par eau, et la garantir du feu des vaisseaux ennemis en y plaçant des troupes et de l’artillerie, certifions avoir mis opposition à la coupe de bois de chauffage que Madame la baronne de Longueuil, propriétaire de la dite isle, se proposoit d’y faire et de vendre au Roy, conformément à des prix avantageux.

« Certifions en outre qu’à la fin de la campagne de 1760, Madame de Longueuil nous ayant remis, conjointement avec M. Bigot, un mémoire appuyé du certificat de M. Daillebout, lieutenant du Roy à Montréal, commandant les troupes campées dans l’Isle Ste-Hélène, sur les dommages que le séjour de ses troupes avait occasionnés dans la dite isle, nous lui promîmes alors de nous joindre à M. l’intendant pour lui obtenir de la cour une indemnité proportionnée aux torts quelle avait soufferts.

« En foy de quoy nous avons signé le présent et à y celuy fait apposer le sceau de nos armes à Paris, le 12 juin 1765. »


(cachet) (signé)xxxxxxxxxxxxxVaudreuil.