Page:Gaffiot - Dictionnaire illustré Latin-Français.djvu/565

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


née de fermage; causam alicui Just. 32, 2, 4, donner gain de cause à qqn [le dispenser de plaider sa cause]; legem Petr. Sat.18, 6 [poét.], renoncer à poursuivre en justice ; negotium Suet. Calig. 40, ne pas suivre une affaire, laisser tomber un procès; damnatus donatur populo Romano Liv. 8, 35, 5 condamné, il doit son pardon aux prières du peuple Romain, cf. 2, 35, 5; Just. 32, 2, 5 ¶ 4 gratifier de : aliquem civitate Cic. Arch. 5, accorder le droit de cité à qqn, cf. Verr. 3, 185; Cæs. G. 1, 47, 4quid te donem ? Ter. *Hec. 849, que pourrais-je te donner ? cf. Enn. An. 19 et Mus.Belge, 33, p. 219 fin ǁ donare meritos in prœliis Sall. J. 54,1, récompenser les soldats qui se sont bien battus.

Donŏessa, æ, f., c. Donusa : Sen. Troad. 843.

Donūca, æ, m., montagne de Thrace : Liv. 40, 58.

dōnum, i, n. (dare), don, présent : Cic. Clu. 66; Arch. 18, etc.; ultima dona Ov. H. 7, 192, les derniers devoirs, les funérailles ǁ offrande faite aux dieux : Cic. Rep. 2, 44 ; Virg. En. 6, 225 ; Apollinis donum Liv. 5, 23, 8, don fait à Apollon, cf 41, 20, 5

Dŏnūsa, æ, f. (Δονοῡσα), petite île de la mer Egée [auj. Stenosa] : Virg. En. 3, 125 : Plin. 4. 69.

Dor, f. ind., ville de Palestine, au pied du mont Carmel : Bibl.

Dora, æ, f., fontaine d’Arabie : Plin. 6, 151.

dorcădĭon, ĭi, n. (δορκάδiov), serpentaire : Apul. Herb. 14.

dorcăs, ădis, f. (δορκάς), biche : Mart. 10, 65, 13 ǁ [fig.] Lucr. 4, 1161.

Dorceūs, ĕi ou ĕos, m., nom d’un chien d’Actéon : Ov. M. 3, 210.

dorcĭdĭŏn, ĭi, n., pouliot [herbe] (al. dorcadion) : Apul. Herb. 62.

Dorcĭum, ĭi, n., nom de femme: Ter. Phorm. 152.

dorcus, i, m. (δόρκος), chevreuil : Edict.Diocl. 4, 45; 8, 21.

Dōres, um, m. (Δωριεῑς), Doriens [hab. de la Doride] : Cic. Rep. 2, 8 ǁ Dōrĭenses, ium, m., les Doriens : Just. 2, 6, 16.

Dōri, ōrum, m., c. Dores : Isid.

Dōrĭăs, ădis, f., servante dans Ter. Eun.

Dōrĭcē, à la manière des Doriens : Dorice loqui Suet. Tib. 56, se servir du dialecte dorien.

Dōrĭcus, a, um (Δωρικός) dorien : Plin. 6, 7 ǁ = grec: Virg. En. 2, 27 ǁ Doricum genus Vitr. 4, 6, ordre ou style dorique.

DORICUM GENUS[1]

Dŏrĭlæi, v. Dorylæi.

Dōrĭŏn, ĭi, n. (Δώριον), ville de Messénie : Luc. 6, 353 ǁ nom de villes en Achaïe, en Cilicie et Ionie : Plin. 4, 15 ; 5, 92 ; 5, 117.

Dōrippa, æ, f. (Δωρίππη), personnage de femme d. Pl. Merc.

1 dōris, ĭdis, f. (δῶρις), buglose [plante] : Plin. 22, 50.

2 Dōrĭs, ĭdis, f., ¶1 femme de Nérée, mère des Néréides : Ov. M. 2,11 ; 269 ǁ = la mer : Virg. B. 10, 5 ¶ 2 femme de Denys le Tyran : Cic. Tusc. 5, 59 ¶ 3 nom de courtisane : Juv. 3,94 ¶ 4 la Doride

DORIS 4[2]

[contrée de la Grèce, près de l’Etolie] : Plin. 4, 28 ǁ contrée de l’Asie Mineure : Plin. 5, 103.

3 Dorĭs, ĭdis, adj. f., Dorienne, Grecque : Suet. Tib. 56 ǁ de Sicile [où il y avait des colonies doriennes] : Sen. Herc. fur. 81.

Dōrisci, ōrum,m., peuple d’Asie [à l’E. de la Parthie] : Plin. 6, 23.

1 dōriscos versus, le vers suivant : – –‿‿–‿ : Diom. 482, 2.

2 Dŏriscŏs, i, f. (Δορίσκος), et Dŏriscŏn (-cum), i, n., place forte de la Thrace : Liv. 31, 15; Plin. 4, 43.

Dorisdorsigi, ōrum, m., peuple d’Asie : Plin. 6, 94.

Dōrĭus, a, um, Dorien : Hor. Epo. 9, 6; Plin. 7, 204.

Dorixanĭum, ĭi, n., v Doroxanium.

dormībo, v. dormio >>>,

dormĭo, īvi et ĭi, ītum, īre, int., ¶ 1 dormir: non omnibus dormio Cic. Fam. 7, 24, 1, je ne dors pas pour tout le monde [je sais voir quand je veux] ; ire dormitum Pl . Aul. 301, aller se coucher ǁ [poét. au passif pers.] : tota mihi dormitur hiems Mart. 13, 59, je dors tout l’hiver: nox est perpetua dormienda Catul. 5, 6, c’est une nuit éternelle qu’il faut dormir ǁ [pass. imp.] dormitur Juv.6, 269, on dort ¶ 2 [fig.= ne rien faire] : dormientibus beneficia deferuntur Cic. Verr. 5, 180, les faveurs viennent les chercher pendant qu’ils dorment ; eas excita, si dormiunt Cic. Tusc. 3, 36, réveille-les [les vertus], si elles dorment.

>>> fut. arch. dormibo Pl. Trin. 726; Cat. Agr. 5, 5.

dormisco, ĕre, int., s’endormir: Prisc. 8, 72.

Dormitantĭus, ĭi,m . (dormitans), le Dormeur [sobriquet] : Hier. Ep. 109, 1.

dormītātĭo, ōnis, f. (dormito), sommeil : Vulg. Psalm. 131, 4.

dormītātŏr, ōris, m. (dormito), voleur de nuit [qui dort pendant le jour] : Pl. Trin. 862 ; 984.

dormītĭo, ōnis, f. (dormio), faculté de dormir, sommeil : Varr. Men. 588 ; dormitio somni Hier. Ep. 108, 15, même sens ǁ le sommeil éternel, la mort : Cil. 6, 36294 ǁ pl., Arn. 7, 32.

dormīto, āvi, ātum, āre (dormio), int., ¶ 1 avoir envie de dormir, s’endormir, sommeiller : Cic. Div. 1, 59; Att. 2, 16, 1 ǁ [fig] : dormitans lucerna Ov. H. 19, 195, lampe en train de s’éteindre ¶ 2 être inactif : dormitans sapientia Cic. de Or. 2, 144, sagesse assoupie ǁ se laisser aller [négligence] : Hor. P, 359.

dormītŏr, ōris, m. (dormio), dormeur, celui qui aime à dormir : Mart. 10, 4, 4.

dormītōrĭum, ĭi, n. (dormitorius), chambre à coucher : Plin. 30, 51.

dormītōrĭus, a, um (dormitor), où l’on dort : dormitorium cubiculum Plin. Ep. 5,6, chambre à coucher.

Dorochortŏrum,n., v. Durocortorum : Consent.

1 dōrŏn, i, n. (δῶρον), ¶ 1 c. donum : Plin. 35,171 ¶ 2 [mesure de longueur] la paume de la main : Plin. 35, 171.

2 Dōrŏn (-um), i, n., Doron [ville de Phénicie] : Plin. 5, 75.

Dorostŏrum, i, n., ville de la Mésie inférieure : Anton.

Dōrŏthĕus, i, m., Dorothée [peintre célèbre] : Plin. 35, 91.

Dŏroxănĭum, ĭi, n., fleuve de l’Inde qui roulait des sables d’or : Prop. 4, 5, 21.

Dorsennus, v. Dossennus.

Dorso, ōnis, m., surnom romain [dans la famille Fabia] : Liv. 5, 46,2.

dorsŭālĭa, ium, n. (dorsum), housses, couvertures d’animaux : Trebel. Gall. 8, 2.

dorsŭālis, e (dorsum), du dos, qui est sur le dos, dorsal : Apul, M. 11,20 ; Amm. 22, 15, 18.

dorsŭārĭus, a, um, qui porte sur le dos : Gloss.

dorsum, i, n., ¶ 1 dos de l’homme et des animaux: Pl. Epid. 93, etc.; Virg. G. 3,116; Hor. S. 1, 9,21; Curt., Liv., Plin. ¶ 2 croupe, arête [d’une montagne] : Cæs. G. 7, 44, 3; Liv. 1, 3, 3 ; 41, 18, 9.

>>> forme dorsus m. Pl Mil. 397; peut-être Cæs. G. 7, 44, 3 [leçon de α], cf. Non. 203, 6 ǁ abl. dorsu Itala. Ezech. 40, 18, cf. Prisc. 5. 43.

dorsŭōsus, a, um (dorsum), qui élève son dos [en parl. d’un écueil] : Amm. 22, 8, 46.

dorsus, i, m., v. dorsum >>>.

Dortĭgŏn (-um), i, n., ville de Mésie supérieure : Procop. Ædif. 4, 6.

1 Dōrus, a, um, Dorien : Isid.

2 Dōrus, i, m., fils d’Hellen, donne son nom à la Doride : Vitr. 4,1.

dorx, dorcis, acc. pl. dorcas, m. (δόρξ), chevreuil Grat. 200.

  1. Image
  2. Image