Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/70

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XXIX

LA VOIX D’ENFANT


Elle qui dans le jour a l’air si triomphant,
Elle parle la nuit comme un petit enfant.
Que de fois, perdu dans l’abîme de sa couche
Les lèvres ou le front collés contre sa bouche,
Et serrant dans mes mains ses deux bras alourdis
Par le travail d’amour, que de fois j’entendis,
Dans l’abandonnement divin de cette femme,
S’élever lentement et flotter dans mon âme,
En même temps que la bonne odeur de sa chair,
Et longuement monter, comme un souvenir cher,
Dans le lit, les rideaux, les tentures, les voiles,
Sa voix d’enfant qui s’en allait vers les étoiles !