Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/67

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Quelquefois sur le cher lit blanc
Où s’éveille la Bien-Aimée
Je me penche, l’âme enflammée,
Et je vous regarde en tremblant.

Alors dans mon âme cupide
Vous entrez pour en voir le fond,
Toi, l’œil noir, l’œil le plus profond,
Et toi, l’œil bleu, le plus limpide ;

Et, m’illuminant au milieu
Du rêve où mon orgueil succombe,
Toi, tu me parles de la tombe,
Et toi, tu me parles de Dieu.