Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/64

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Et qu’à chaque heure de ténèbres
Je revoie encore tes yeux,
Et les déroulements funèbres
De tes cheveux silencieux !