Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/53

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

XXI

SEXTINE


 
Voici l’heure la plus douce, la plus charmante.
Le soir est descendu ; la nuit tombe à son tour.
Apaise dans ton cœur le mal qui te tourmente,
Et viens ! Dans l’air profond des nuits, ô mon amante,
Le cœur plus reposé, plus grave qu’en plein jour,
Comprend mieux la douceur du rêve et de l’amour.

Viens dans mes bras, ô mon premier, mon seul amour !
Tes pieds blancs sont charmants, ta poitrine est charmante,
Ta chair est éclatante et chaude comme au jour