Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/49

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XIX

À MARGUERITE


 
Venez, je redirai chaque parole dite,
Ô grand Ange de flamme et d’ombre, ô Marguerite !
Je redirai comment nous nous sommes connus ;
Comment les ans, d’abord radieux, sont venus,
D’abord étincelants et clairs et pleins de gloire,
Puis tristes et remplis de l’immensité noire.
Je redirai comment il se fait que nos chairs
Ont résisté longtemps aux désirs les plus chers,
Et comment il se fait que nous avons pu vivre,
Pareils à ces lions enchaînés mais qu’enivre