Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/48

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Brillaient dans son regard les mornes Dieux
Qu’a désertés l’époque dont nous sommes ;
Brillaient dans son regard l’horreur des hommes,
Le noir combat sous les jougs odieux,

Le désespoir hideux, le remords blême,
Puis, comme un astre au-dessus d’un linceul,
Par dessus tout, visible pour moi seul,
L’amour, l’amour, l’immense amour suprême !

Comme un vieux lac hanté par des géants,
Environné de forêts et de faîtes,
Où règne encore, en dépit des tempêtes,
L’impérissable azur des cieux béants !