Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/46

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XVIII

LA PROMENEUSE


 
C’était dans un palais dont j’étais maître,
Plein de cristaux pendants et de rubis.
J’étais moi-même orné de beaux habits.
Quand tout à coup je la vis apparaître.

Sur les tapis de Smyrne bleus et blancs
Elle marchait vers moi du fond de l’ombre,
Traînant avec une majesté d’ombre
Ses pieds de neige et d’ambre étincelants.