Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/44

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XVI

LES DEUX DIEUX


 
En ce monde où chacun par lui-même n’est rien,
Épris tous deux du grand mystère aérien
Dont le secret est cher à notre âme affaissée,
Nous avons tous les deux tourné notre pensée
Vers un pouvoir plus fort à la fois et plus doux,
Vous vers le ciel, et moi, ma chère âme, vers vous.