Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/42

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XV

LA FLEUR DIVINE


 
Elle faisait avec des fleurs une couronne.
À genoux au milieu de l’herbe elle cueillait
Toutes ces fleurs de pourpre et d’or que juin nous donne,
La tulipe, la rose immortelle, et l’œillet.

De ma route je la voyais dans la prairie.
Je l’appelai. L’enfant leva ses yeux vers moi.
Et je lui dis : « Pourquoi, femme, t’es-tu fleurie ?
Toutes les fleurs des prés sont vivantes en toi,