Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/28

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Et tes beaux cheveux longs, si bruns,
D’où te viennent-ils, ma Maîtresse ?
De quelle rive enchanteresse ?
De quelle Cypre aux lents parfums ?
Oh ! tes beaux cheveux longs, si bruns !