Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/273

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XXX

LE BRUIT FAUX


Tandis que relégué dans ta mansarde étroite
Près d’un lit à jamais déserté par les corps,
Tu recherches au fond de quelque vieille boîte
Une lettre, un bouquet oublié, des trésors !

Cependant que dans la vieillesse et l’abstinence
Tu trouves une vive et cruelle saveur
À déchirer ton âme avec ta souvenance ;
Cependant que la Mort te prend, triste rêveur,