Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/271

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Loin, oh ! bien loin du monde obscur chargé de crimes,
Ils chanteront.
Et le ciel sera plein de strophes et de rimes
Comme leur front.

Et lentement dans l’air des astres imphysique,
Oh ! lentement,
Lentement montera la divine musique
Du ciel charmant.

Tous ceux que dans leurs cœurs séduisirent les Lyres
Par leurs doux sons,
Revivront dans ce ciel le front plein de délires
Et de chansons ;

Les vieux Rois Juifs, avec leurs longs cheveux d’écharpes
Et d’anneaux ceints,
Chanteront, en mêlant leurs cris à ceux des harpes,
Les psaumes saints ;

Les Reines de la Perse et les princes tartares
Pleins de beauté
Célébreront parmi l’extase des guitares
La volupté ;