Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/258

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Et qui célébreront l’Amour vivante et forte,
La Musique aux sons clairs et l’Art éblouissant,
Jusqu’à ce que la Mort à leur tour les emporte
Sous les pieds du Vainqueur des Hommes tout-puissant.

On les verra venir en bon ordre, la tête
Austèrement levée, indomptables, joyeux,
Considérant le monde avec un air de fête,
Magnifiques et fiers et beaux comme des Dieux.

Les uns s’avanceront en chantant des cantiques,
Illuminés, avec un regard infini,
Les yeux fixés en haut sur des rêves mystiques
Qui les dirigeront vers l’idéal béni ;

D’autres s’arrêteront par intervalles, calmes,
Et s’agenouilleront sur le bord du chemin
Pour cueillir des lauriers et des branches de palmes,
Qu’ils entrecroiseront, une dans chaque main.

On verra des enfants, des vierges et des femmes
Les suivre avec des chants d’amour miraculeux,
Et de grands corps d’opale embaumés par leurs âmes
Marcher sur leur chemin comme des anges bleus.