Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/243

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XVI

SONNET PANTHÉISTE


Car tout est âme, tout ! les bois féconds en rêves,
Les vagues de la mer prodigues de baisers,
La lune, le soleil, les astres embrasés,
Et le frémissement de l’air dans les nuits brèves,

Et les petits cailloux qui chantent sur les grèves,
Et les petits oiseaux qui courent dans les blés,
Et les sources d’eau vive, et les deux étoiles,
Et les monts vers le ciel dressés comme des glaives !

Qu’est-ce que les rayons de lunes en été ?
Et la chaleur ? et la couleur ? et la clarté ?
Et le frisson des bois tristes où le vent brame ?

Qu’est-ce que l’harmonie et qu’est-ce que le feu ?
Qu’est-ce que le parfum des fleurs, — sinon leur âme ?
Tout est âme, Seigneur, parce que tout est Dieu !