Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/21

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


V

L’ENCHANTEMENT


 
La femme avait laissé tomber sur sa poitrine
Sa chevelure d’or adorable et divine,
Et, nue, offrait à mes regards sous le soleil
Surnaturel son corps éblouissant pareil
Aux étoiles. C’était au fond de l’avenue
Où vivent dans la paix d’une extase inconnue
Les grands chênes pensifs au milieu des ravins
Et les vastes palmiers et les cèdres divins
Que le flot baise avec un murmure farouche.
Elle me disait : « Viens t’endormir sur ma bouche.