Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/188

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XI

ANCIENNES CHOSES


 
Un vieux tiroir où s’étale
Le désordre querelleur.
Dans une pose fatale
Se pâme une vieille fleur.

Dernier reste d’un squelette !
La fleur jette des parfums,
Des parfums de violette
Toujours doux quoique défunts.

À côté, sur une table
Où mon deuil épouvantable
Depuis lors s’épanouit,

Des gants déchirés par elle
Dans la dernière querelle
De la lamentable nuit.