Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/183

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


J’avais rêvé de vous tout le long de ma route.
Ce soir-là vos deux grands yeux bleus avaient sans doute
De bien tendres et bien ardentes visions !
Oh ! les étranges mots d’amour que nous disions !
Un moment un corbeau traversa les ténèbres.
Oh ! dans la nuit le vol des grands oiseaux funèbres !
Comme il nous inquiète et comme il nous poursuit,
Le vol des grands oiseaux funèbres dans la nuit !
Comme il nous inquiète et comme il nous désole !
Vous ne me dites plus une seule parole.
Les étoiles semblaient plus lointaines. Soudain
Un grand parfum d’amour traversa le jardin.
Et je vous pris les bras ; et nous nous regardâmes ;
Et vos deux grands yeux bleus profonds semblaient deux âmes.