Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/178

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


VI

LES EXILÉS


 
Dans une cage était un Lion sombre et fauve
Qui hurlait, à demi couché dans son alcôve,
Et geignait avec un énorme bâillement.
En face dans une autre était un grand Serpent.
Le regard du Lion disait : « Autrefois, grave
Et beau, dans le désert où l’Homme est notre esclave,
Chaque jour jusqu’au soir je promenais mes pas.
Les orages, la nuit, ne me réveillaient pas.
J’étais par ma grandeur et ma fière attitude
Le roi de la profonde et vaste solitude