Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/175

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Tous ses souvenirs, tous ses rêves,
Tous ses amours, plus copieux
Que la poussière sur les grèves
Et que les astres dans les cieux.

Mais lorsqu’après longtemps encore
Il veut rouvrir ce tombeau noir,
Ce qui reste de son aurore
L’effraye et lui fait mal à voir.

Comme un cadavre qu’on déterre
Et dont, après vingt ans passés,
On ne trouve plus sous la pierre
Que les débris décomposés.