Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/174

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


IV

LE TOMBEAU INTÉRIEUR


 
Tout homme a dans l’âme un coin sombre
Triste, silencieux, secret,
(La nuit de l’âme est pleine d’ombre
Comme la nuit d’une forêt)

Dans lequel, fossoyeur allègre,
Il mure comme en un tombeau
Tout ce qu’il a de plus intègre
Et tout ce qu’il a de plus beau,