Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/151

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XXXI

LE SERMENT


 
Songez à ce matin si merveilleux encor
Où vous fîtes devant un vieux crucifix d’or
Le serment de m’aimer toujours pendant l’absence !
Ô désespoir du cœur qui s’éloigne ! ô puissance
Du dernier mot d’amour qu’on se donne au départ !
Et le dernier baiser ! et le dernier regard !