Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/15

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


III

EXUMIÆ LAUDES


 
J’ai chanté sa grandeur quand je n’étais encore
Qu’un enfant aux tristes amours.
Le couchant se souvient des rougeurs de l’aurore.
Je la célébrerai toujours.

J’ai chanté sa grandeur quand j’étais son esclave.
Je lui redirai mon aveu
D’un cœur plus magnifique et d’une voix plus grave,
Maintenant que je suis son dieu.