Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/143

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et je me revois seul comme aux jours écoulés,
À cause de mes vieux rêves qui sont allés
Retrouver les joyeux astres dans la nuit brune
Et dormir avec eux sous la divine lune.
Je vois encor monter sur moi pleines d’ennuis
Mes nouvelles amours et mes nouvelles nuits,
Pleines d’enchantements vagues et de chimères,
Puis les femmes dont les lèvres m’étaient amères
Alors, et qu’aujourd’hui j’aime jusqu’à mourir.
Cependant que je vois lentement se rouvrir,
Cloué comme un fanal au-dessus de ma porte,
Le regard de la Bien Aimée aujourd’hui morte.