Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/142

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XXVI

LE SURVIVANT


 
Le matin, après la tumultueuse orgie,
Quand la prunelle éteinte et la lèvre rougie
Je rentre dans mon cher réceptacle d’amours,
La Bien Aimée arrive en robe de velours,
Marchant avec un bruit rhythmique et monotone,
Comme elle m’apparut ce dernier soir d’automne
Dans une impérissable illusion ! Alors,
Se rouvrent lentement mes yeux dans le remords
De survivre à tant d’âme éteinte et dans la honte
De descendre toujours quand l’amour toujours monte.