Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/140

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XXIV

DANS LA PRAIRIE


 
Comme je vous ai vue hier dans la prairie,
Je vais songer à vous tout le jour. Je sais bien
Que vous ne m’aimez pas ; mais cela ne fait rien ;
Il suffit que je pense à vous pour que je rie.

Je me rappellerai votre grâce fleurie,
Et puis j’enfermerai votre cœur dans le mien,
Encore que l’amour lui-même est un lien,
Et que souvent le cœur d’une femme varie,

Et je dirai qu’ils sont heureux ceux qui verront
Sur leur front maladif s’incliner votre front,
Et qui pourront, parmi les extases, les fièvres

Et les rêves d’amour qu’on ne ressaisit plus,
Dans les nuits de janvier baiser vos belles lèvres
Et dormir près de vous le sommeil des élus.