Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/120

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


 
Mais je n’aurai plus de sanglots ;
Et les lamentables Colombes
Qui viennent, quand le jour est clos,
Dormir sur la pierre des tombes,

Voyant que le sang de mon cœur
Coulera, pleines d’épouvante,
Se mettront à gémir en chœur
Sur mon amour encor vivante.