Page:Francis de Miomandre - Écrit sur de l'eau, 1908.djvu/58

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bien ce que je te dis : je n’ai qu’une parole, ton père aura son million, mais, malgré tout, je ne pourrai pas lui garder cette estime que, …enfin ce ne sera plus la même chose.

Jacques se distrayait une minute à l’indignation de M. Augustin Paillon. Ses yeux proéminents, à peine contenus par le binocle d’or, étaient lubrifiés de colère tandis que, de colère aussi, ses lèvres énormes séchaient et se fendillaient malgré le passage félin d’une langue humide… Il en avait oublié ses triomphes féminins et cette longue brochette de cœurs ardents qu’il affirmait avoir le droit d’étaler au lieu d’un bouquet ou d’une décoration, au revers de son frac sévère de médecin frivole.

— Oui, oui, et le pire c’est qu’il n’était pas sans argent. Son gousset plein bombait de monnaie… Il préfère entretenir avec un tas de rastaquouères sans aveu qui lui disent qu’il a du génie, afin de pouvoir dîner, et que, depuis des années, s’emplit d’apéritifs et de liqueurs, dans tous les café où ils le débusquent… Tiens ! tout ça me dégoûte. J’aime mieux m’occuper du spectacle. J’aperçois là-bas Madame Brémond qui va lancer son nouveau flirt d’hiver. Elle ne s’arrêtera jamais ? Avec lequel de ses amants compte-t-elle donc marier sa fille ?

Et M. Paillon s’éloigna, aussi offensé que la Morale.

En se penchant un peu, Jacques s’aperçut qu’en effet Madame Brémond causait langoureusement avec un jeune homme, et ce jeune homme était le petit Juigné de Chamaré, qui passait pour riche et de relations avantageuses. Il en fut un peu triste car en même temps il surprit que Mlle Brémond, entourée d’une petite cour de jeunes gens, entre leurs épaules regardait, les yeux fixes, sa mère.

Il s’approcha, écarta légèrement le jeune Lanturlut qui ne s’expliqua jamais pourquoi et, mentant avec une tran-