Page:Francis de Miomandre - Écrit sur de l'eau, 1908.djvu/157

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Pourtant…

— Oui, oui, je sais, le syndicat Popototoff, Mazarakis et Compagnie. Mais Popototoff ne signe jamais ses lettres qu’à la machine à écrire, et Mazarakis est le dernier des aigrefins, à cheval entre la Cour d’assises et l’affichage au Cercle… Ton père a une imagination extrêmement fertile. Il a vu la mine d’alcool : il ira jusqu’au bout ; il est capable de fonder une usine, un entrepôt et une cité ouvrière tout autour, avant de s’apercevoir qu’il s’était trompé… Si tu comptes là-dessus pour faire la fête… Attention à la tour du roi ! tu la manœuvres en dépit du sens commun.

— C’est assez dire que je ne trouverai jamais cinq louis cette semaine…

— Si je connaissais, soupira M. Cabillaud, un endroit du monde où rencontrer un homme qui me donnerait cinq louis, je ne serais pas ici.

— J’ai absolument besoin, pour des affaires qui me sont personnelles, de cette somme avant très peu de temps. Il faut que je la trouve.

— Combien souvent me suis-je dit la même chose pour des affaires qui m’étaient à chaque fois plus personnelles que la précédente ! Et cependant, tu vois, je vis… À la longue, on se fait une raison.,

— Je ferais plutôt une folie.

— Tu aurais tort, dit M. Cabillaud. C’est étonnant, vois-tu, combien l’on peut réduire son budget au fur et à mesure que l’on acquiert le sens de la réalité. Ainsi, vois Paillon. C’est un garçon assez médiocre d’intelligence et d’esprit, et d’une instruction plutôt sommaire. Comme médecin, je ne lui confierais pas un durillon, de peur qu’il ne me le transformât en abcès inguérissable. Eh bien ! considère comment il vit. Il a su s’arranger pour dormir et prendre ses repas chez sa cousine, en la payant