Ouvrir le menu principal

Page:Fournier - Souvenirs poétiques de l’école romantique, 1880.djvu/228

Cette page n’a pas encore été corrigée


212 HOUSSAYE (ARSÈNE)


ciens imaginaires auxquels il y donne place. La chanson, qu’il y prête à Bcranger, est un chef-d’œuvre d’imitation. Nous ne parlerons pas do ses romans. Ils sortent trop de notre cadre ; et, pour quelques-uns des premiers, la collaboration do Jules Sandeau y eut trop de part. Nous glisserons aussi sur les Caprices de In mm-quisf, une des rares pièces qu’il ait fait jouer. Les mots spirituels n’y manquaient pas, mais le meilleur était sur le titre : « Comédie en un acte, sifflée, pour la première fois, sur le second Théâtre-Français, le 12 mai 1846. »

     Comme directeur, Arsène Houssaye a fort bien entendu le théâtre. Son administration h. la Comédie Française, de 1849 à 1856, est restée célèbre par les succès obtenus, tous dignement, en pleine littérature ; et par l’argent gagné. Le plus merveilleux, c’est que pendant sa direction il ne cessa pas d’écrire. Il continua ses articles Artiste, qu’il dirige, on le sait, depuis 1844 ; son Quarante et unième fauteuil parut aussi dans ce temps-là. Chez lui, l’homme de lettres ne s’oublie jamais, et reparaît toujours ; le poète de même. En 1867, lorsqu’on pouvait le croire absorbé dans les affaires, il ajoutait à ses recueils : Sentiers perdus, La poésie dans les bois, Poèmes antiques, un troisième volume : La symphonie des vingt atis, « composé, dit Gautier, de ces vers qu’il sème çà et là, tout en marchant dans la vie, comme ces magnats hongrois qui ne daignent pas se courber au bal, pour ramasser les perles détachées de leurs bottes. » 


LE VOYAGE DU POETE

                                         A SAINTE-BEUVE 


O poète, voilé par la mélancolie,

Doux amant du silence et de la liberté,

tendre pèlerin, tu reviens d’Italie,

De la belle Italie où Virgile a chanté.


Après avoir battu les sentiers et les grèves.

Vu les mille tableaux, ouï les mille bruits.