Ouvrir le menu principal

Page:Fournier - Souvenirs poétiques de l’école romantique, 1880.djvu/174

Cette page n’a pas encore été corrigée





GAULMIER (Eugène)


Poète peu connu, mais qui mérite de l’être par sa vie singulière et par ce qui nous est resté de lui.

En 1812, à dix-sept ans, il partait de Saint-Amand en Bcrry, où il était né, pour être professeur dans une ville voisine. Ensuite, il vint à Paris se faire médecin, mais il tomba en syncope à sa première dissection ; il voulut faire son droit, mais il n’y put mordre ; il se réfugia à Saint-Sulpice pour être prêtre, mais l’ennui l’en chassa ; repris par le goût du professorat, il obtint la chaire de rliéiorique au collège de Xevers, puis à celui de Bourges, mais il y instruisit moins d’élèves qu’il n’écrivit de poèmes.

C’est de là qu’en 1818 il envoya à Paris une Ode sur le dévouement de Malesherbes, que l’Académie couronna. Il avait concouru avec Alexandre Dumas, qui n’eut pas même une mention.

Gaulmier tenta deux fois encore la même épreuve, sans obtenir le même succès. Son poème sur la Traite des nègres fut pourtant remarqué ; on en lut à l’Académie des fragments qui furent applaudis. Par malheur il avait gardé l’anonyme. Son autre poème, le Dévouement des médecins français et des sœurs de Sainte-Camille à Barcelone, fut cité partout ; on lui en récita des vers à lui-même, mais quand il demanda si l’on en connaissait l’auteur, il lui fut répondu que c’était la dixième muse, la belle Delphine Gay. Il est vrai, comme on le verra plus loin, qu’elle avait eu le prix.

Il a raconté ces petites déconvenues et quelques autres dans sa jolie pièce : l’Anniversaire du poète, dont on lira plus loin un fragment.

Il s’y montre gai de ce qui, au fond, l’attristait, car il avait à cœur son métier de poète. Une dernière déception qu’il y éprouva, l’insuccès, devant l’Académie, de son poème sur la Découverte de l’Imprimerie, lui fut un coup mortel.

Pris dune fièvre cérébrale, il mourut le 25 septembre 1829. Ses Œuvres, où l’on trouve de la variété et du charme, furent publiées l’année suivante en 3 volumes in-12.