Page:Fosseyeux - Contribution à l'étude de la Compagnie du Saint-Sacrement au XVIIe siècle, 1923.pdf/1

Cette page n’a pas encore été corrigée

CONTRIBUTION

A

L’liTUDE DE LA COMPAGNIE DU SAINT-SACREMENT AU XVIIC SIECLE.

DU PLESSIS-MONTBARD.

Les etudes publiees depuis une vingtaine d’ann^es sur la CompagnieMu Saint-Sacrement ont renouvele rhistoire religieuse de la premiere moitte du xvii« siecle. Peu a peu, l’obscurite qui s’^tait faite depuis deux siecles sur cette societe secrete, dont les archives ont ete detruites, se dissipe a l’aide de d^couvertes partielles et de recherches patientes. Mais que de trouvailles a faire encore avant d’assigner son role definitif a cette puissante Compagnie dont les ramifications s’etendaient sur toutes les grandes villes de France ! Elle comprenait parmi ses membres de hauts dignitaires du clerge, mais surtout des laics, dont beaucoup appartenaient au Parlement. II ne faut done pas s’etonner de rencontrer parmi ses adeptes les plus actifs et les plus devoues un avocat au Parlement, Duplessis-Montbard, dont il est int^ressant de fixer le role dans les manifestations sociales les plus diverses ou se donnait carriere le zele des confreres. Aussi bien sa biographie reconstituee nous fournit le type le plus complet, le plus repr^sentatif de ce qu’on appellerait aujourd’hui un « homme d’oeuvres », donnant son temps et ses lumieres aux soci£t<*s de charite, a leur extension, a leur groupement, sans se laisser rebuter par la difficult^ des realisations.

Nous ne rencontrons aucun evenement sensationnel dans la vie de Christophe Duplessis. II avait deux sceurs, Tune Elisabeth, marine a M. de Gesvres, tr^sorier des Etats de Bretagne, l’autre, Marie, a Henri Chahu, tresorier general des finances aux £tats de Bretagne, le 5 septembre 1641. Celle-ci mourut le 3o juin 16694, en

(

’t

.

V

faisant son frere son unique legataire universel. Duplessis demeurait avec le menage Chahu, rue de Vaugirard, 1 Marie Duplessis eut un service aux Carmes, un enterrement a SaintSulpice, sa paroisse, mais elle fut inhumee dans le cimeti^re de. SaintC6me ; le total des frais funeraires s’eleva 4 664 livres. Elle demanda en outre 1,000 messes 4 dire entre diverses eglises et couvents. L’inventaire fait apr4s son deces indique une somme de 31,432 livres, dont 9,872 livres de meubles et vaisselle d’argent et i8,4o5 livres de demers comptants

(archives de l’Assistance publique).

j

($Cok (

Source gallica.bnf.fr / Bib I iotheque nationale de France