Ouvrir le menu principal

Page:Flaubert - Par les champs et par les grèves.djvu/300

Cette page n’a pas encore été corrigée


la détrempe, le public aime ça. Donnez-lui-en, fourrez-lui-en, gorgez cet imbécile!

m II se ruera sur la gravure et laissera le tableau, chantera la romance et dormira à Beethoven, saura tout Béranger par cœur et pas un vers d’Hugo.

C’est plaisir de le voir à sa table comme il s’em- piffre des plus lourdes marchandises et se grise des plus frelatées. Les mets communs lui vont vite, et demain, encore du Scribe, du Vernet, de l’Eugène Sue, quelque chose de digestion facile et qui ne tienne pas de place au ventre pour qu’on en puisse manger davantage.

L’homme des champs particulièrement se dé- lecte dans le mauvais avec une ténacité édifiante. Son mauvais à lui est plus sincèrement sot, plus sauvagement bête; il y met moins de finesse que le citadin qui au moins change de modes s’il ne change pas de goût. A combien de miliers d’exem- plaires se vendent annuellement dans les cam- pagnes l’Amour conjugal et Faublas! sans compter l’Europe et l’Asie, égrillardes demoiselles aux re- gards gluants qui décorent toutes les chaumières.

Mais il faut avoir vu les belles images de l’au- berge de Cancale pour savoir comment le laid, le niais et le vulgaire peuvent prendre forme sur du papier.

Imaginez dans une salle basse cinq cadres de bois noir accrochés aux murs, et dans ces cadres, du rouge, du bleu, du jaune, une mosaïque de

’*’ Inédit, pages 300 à 310.