Ouvrir le menu principal

Page:Flaubert - Par les champs et par les grèves.djvu/291

Cette page n’a pas encore été corrigée


Anselin, La Blissais et les autres. La nuit était sombre; le vent soufflait; ils grimpaient lente- ment, le poignard dans les dents, tâtonnant du pied les échelons et avançant les mains. Tout à coup (ils étaient au milieu déjà), ils se sentent descendre, la corde se dénoue. Pas un cri, ils res- tèrent immobiles. C’était le poids de tous ces corps qui avait fait faire la bascule à la coulevrine; elle s’arrêta sur l’appui de l’embrasure, puis ils se remirent en marche et arrivèrent tous à la file sur la plate-forme de la tour.

Les sentinelles engourdies n’eurent pas le temps de donner l’alarme. La garnison dormait ou jouait aux dés sur les tambours. La terreur la prit, elle se réfugia dans le donjon. Les conjurés l’y poursuivirent; on se battit dans les escaliers, dans les couloirs, dans les chambres; on s’écra- sait sous les portes, on tuait, on égorgeait. Les habitants de la ville arrivèrent en renfort, d’autres dressèrent des échelles contre la Quiquengrogne, entrèrent sans résistance et commencèrent le pil- lage. La Péraudière, lieutenant du château, aper- cevant La Blissais, lui dit : «Voilà, Monsieur, une misérable nuit». Mais La Blissais lui fit com- prendre qu’il n’était pas temps de discourir. On n’avait pas encore vu le comte de Fontaines. On alla à sa chambre, on le trouva mort sur le seuil, percé d’un coup d’arquebuse que lui avait tiré un des habitants, au moment qu’il sor- tait faisant porter un flambeau devant lui. « Au lieu de courir au danger, dit l’auteur de la re-

i9.