Ouvrir le menu principal

Page:Flaubert - Par les champs et par les grèves.djvu/216

Cette page n’a pas encore été corrigée


nant dans la forêt par des chemins encore ombrés. — Vue de la rivière, trop droite près Landerneau, mais plus loin c’est une vraie rivière. — Eau dans les prairies du mont, montagnes assez basses, à sommet aigu, couvertes de ver- dure. — Chien gueulant auquel on avait attaché une casse- role à la queue.

La Roche-Maurice. — Nid d’aigle, démantelé, bâti en pierres plates superposées les unes sur les autres. — Au milieu des rochers qui sortent de l’herbe verte, ce qu’on voit, surtout, quand on y est monté en haut, en se tournant du côté de Landerneau; d’en bas lierres sur les ruines, la verdure qui s’y cramponne a des gradations de teintes, elle devient plus foncée à mesure qu’elle monte, on la distingue par bouffées vertes différentes; à travers une ouverture, dont les bords sont engraissés de vert lourd, le ciel bleu. — L’église, clocher en réparation dont les pierres couvrent le sol tout à l’entour; espèce de cour plantée d’arbres rapprochés, de sorte que ça a l’air d’une église en ruine où l’on dit encore la messe.

Landivisiau. — Plat, nul, mais relais de poste au milieu de la grande route; maisons grises, basses. — Une lieue en- viron avant d’arriver à Saint-Pol, Tissot : point circonscrit dans l’immensité; un gendarme s’il avait passé pendant ce temps-là, et au beau moment.

RoscOFF. — Terrains dénudés, plats, légumes, légumes. — Les pays riches sont les pauvres; les millionnaires s’habil- lent mal. — Rochers blanchâtres, longs, à fleur d’eau dans la mer bleue, nombreux et comme découpant le fond du tapis azuré. — L’église : beaux bas-reliefs en albâtre du xv*; groupe de gardes au pied de la croix; le Christ sor- tant du tombeau, très grand, très maigre, animé; un garde casque en tête dormant sur son épée. — Malédiction des chaussures.

Manoir de Kersalion : cour restreinte; trois chevaux s’y jouant; tourelle dans la muraille; porte en plein cintre du